icone-facebook  icone-mail

Passage de grade et liste des Kyu

Vous trouverez ici la listes des grades "Kyu" avant le shodan ainsi qu'un ancien article que j'avais écrit à l'attention des élèves sur les passages de grades:

 

6ekyu.pdf 6ekyu.pdf

5ekyu.pdf 5ekyu.pdf

4ekyu.pdf 4ekyu.pdf

3ekyu.pdf 3ekyu.pdf

2ekyu.pdf 2ekyu.pdf

1erkyu-1.pdf 1erkyu-1.pdf

 

Mon expérience personnelle

  Quand j'ai débuté  l'aïkido j'ai pratiqué deux ans sans passer de grade (je ne suis pas un bon exemple) sûrement parce que j'étais jeune et que les examens me rebutaient, peut-être un peu parce que mon professeur de l'époque ne me poussait pas particulièrement dans ce sens. Bref ce n'est que la troisième année après une coupure d'un an et demie, je venais de reprendre l'aïkido avec le professeur que je suis toujours à l'heure actuelle (Tamaki Léo, voir son journal des arts martiaux et de la culture japonaise link et son blog link), que j'ai commencé à passer mes grades. Comme je pratiquais assez intensément à cette période (j'étais encore étudiant!) à raison parfois de 20h par semaine j'ai pu évoluer assez rapidement. 

A quoi cela sert-il?

Passer des grades en aïkido n'est pas obligatoire et n'est ni une fin en soi.


Beaucoup de pratiquants débutants redoutent cette étape et bien souvent il est nécessaire de les motiver pour le faire. Personnellement je n'appréciais pas trop les examens non plus mais cela s’est avéré indispensable si je voulais pouvoir enseigner un jour à mon tour. Sans aller jusqu'à l'enseignement passer des grades permet de se situer dans sa pratique et même si ce n'est pas indispensable (je connais des pratiquants qui n'ont pas passé de grades même après plusieurs années d'entraînement et cela n'enlève en rien la qualité des connaissances qu'ils ont acquises), je pense désormais que c'est une bonne chose pour plusieurs raisons.


D'une part comme je l'ai déjà dit cela permet de voir où l'on en est dans sa pratique, mais c'est aussi un moyen pour apprendre (surtout pour les débutants) le nom des techniques et les associer à des mouvements précis, de plus se retrouver dans les conditions de l'examen apprend à gérer le stress et à rester concentré malgré les circonstances.
C'est peut-être ce dernier point le plus essentiel car un des buts principaux d'une pratique martiale est le contrôle de soi et passer un grade permet dans une moindre mesure de tester cette aptitude. Bien entendu il ne s'agit pas d'un combat "de rue" surtout en aïkido où la pratique est très codifiée pour les examens du moins. Néanmoins cela me semble être une bonne préparation.


Les conditions "mentales" ou psychologiques 

  De même que parfois nous avons tous du mal à nous motiver pour aller à l'entraînement parce que trop fatigués, parce qu'un peu malades ou simplement "pas envie", de même et à plus forte raison nous évitons et repoussons les passages. Mais cela relève très souvent, sauf cas de réelle maladie empêchant ou limitant tout déplacement, d'un gros manque de volonté commun à chacun d'entre nous. A quoi l'attribuer ? Je pense que nous avons tous nos petits (ou gros) soucis quotidiens mais peu importe la situation il faut apprendre à la surmonter et tous ceux qui y arrivent vous diront au combien ils se sentent mieux après être venu s'entraîner car cela leur permet de décompresser, d'oublier pour un moment au moins le quotidien en se concentrant sur l'instant présent.


  Et bien le problème est le même pour les passages de grades peu importe les conditions si l'on se sent prêt il faut le faire sans trop attendre. Évidemment plus l'on s'entraîne plus l'on a de chance d'évoluer rapidement mais ce n'est pas toujours le cas malheureusement.


  Il ne s'agit pas d'un sport que nous pratiquons mais d'une discipline martiale ce qui signifie que nous devons être capables de répondre à une attaque ou à plus grande envergure à une situation critique en faisant face, en mettant toutes nos capacités à disposition pour l'instant présent. L'aïkido, à mon sens, doit pouvoir se vivre au quotidien pas seulement le temps d'un cours au dojo mais à chaque moment de la vie, enfin cela devient plus évident à mesure que l'on évolue dans le temps et dans la pratique.
  Les examens font partie intégrante de notre pratique et ne doivent pas être considéré comme un obstacle mais comme un "plus" permettant de se mettre dans d'autres conditions que celles des cours habituels.
  

La préparation physique

 Il n'y a pas de préparation spécifique (sauf quelques révisions bien entendu) en aïkido, cela doit se faire naturellement au fil des entraînements. Comme l'aïkido ne se limite pas aux sportifs en excellente condition physique il faut bien comprendre que chacun est évalu2 en fonction de ses propres capacités et aptitudes. Pour fournir un exemple concret, on n'attendra pas de la part d'une personne de 50 ou 60 ans qu'elle fasse preuve d'un dynamisme à toute épreuve mais plus d'une rigueur dans les formes et de la part d'un jeune de 15 ans ce sera plutôt l'inverse. Il s'agit là d'un exemple un peu caricatural évidement...


Réussir ou échouer?

Que l'on échoue ou que l'on réussisse ne doit pas créer de conséquences sur notre pratique. Il faut considérer cela comme une étape et voir dans tous les cas ce que l'on aurait pu améliorer. Il faut surtout se garder de penser que l'on est "bon" parce que l'on a réussi et "mauvais" parce que l'on a échoué.

 

Cours en août les mardi et jeudi à partir du 1er août
 
 
 
 

Bienvenue sur le site de l'Aïkido club d'Argenteuil.

Venez découvrir l'Aïkido Kishinkan avec Julien Coup à Argenteuil. 

 

Inscriptions toute l'année.

 

julien-yannick-184.jpg

 

 

 

Pour tout renseignement vous pouvez également nous écrire à aikido.argenteuil@laposte.net. ou en laissant un message sur le site directement vie l'onget contact.